Tout autour de ce qui brille, une multitude d'individus pétillants oeuvrent avec frénésie!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 "L'Hôpital" de Bedos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ekwipoëti
Légende
Légende
avatar

Nombre de messages : 759
Age : 26
Localisation : Wanze
Date d'inscription : 16/06/2007

MessageSujet: "L'Hôpital" de Bedos   Jeu 27 Sep - 13:32

"L'Hôpital" de G. BEDOS

Le texte est une conversation avec le public. Un type revient d'une visite à une malade, et en parle un peu. Le personnage est horrible, cruel à souhait, et hilarant...



Le Texte :

Aaah ! Je reviens de l’hôpital, j’suis crevé ! J’ai passé l’après-midi avec Julie à lui remonter le moral, du coup c’est moi qui l’ai plus.
Ah, non, non, ça s’arrange pas du tout. Non, oh là là !
Puis alors, partit comme c’est, elle en a encore pour des mois là, hein !
Non, et puis alors, ça se surinfecte. Ils lui font analyse sur analyse, elle repasse sur le billard dans quatre jours. J’ai vu les radios, j’ai rien compris, mais alors, c’est vrai, y a plein de taches partout, c’est une horreur !
Ca, j’échangerais pas ma place contre la sienne !
Non, et puis j’l’adore, mais… elle se rend pas compte ! Moi, je peux pas rester avec elle vingt-quatre heures sur vingt-quatre, tu comprends ? On se relaie avec Martine, mais on n’en voit plus la fin !
Moi, tu vois, des fois, ce genre de maladie, des fois je me demande si c’est pas plus dur pour les autres…
Parce que, bon, d’accord, elle est malade, d’accord, c’est dramatique. Mais des fois j’me demande si elle pense un peu à ceux qui sont en bonne santé… Et qui se tapent des six heures de veille avec elle, avec les odeurs d’éther et les gémissements dans le couloir.
Parce que, moi, je fais tout pour être en bonne santé, tu comprends : je fais attention à ce que je bouffe, j’fume pas, j’bois pas, je fais du sport… Si c’est pour passer mes journées à l’hôpital !... (Rire désabusé) Je profite plus, moi ! Non, et puis elle m’épargne pas, hein.
Elle te raconte tout ce qu’ils lui font : les histoires de tuyaux, de greffes, de prises de sang… D’accord, ça la soulage, mais alors moi j’ai l’impression de le vivre ! Moi, je lui parle pas de mes problèmes de fric, tu comprends !
Non, mais au bout d’un moment, on se demande si elle n’est pas un peu sadique. Quelque part, il faudrait qu’on soit TOUS malades. Alors moi, ça va un moment, et puis après, ça me gonfle, hein ! Je vais pas me mettre des perfusions par solidarité !
Moi, quand j’ai eu la grippe, j’ai emmerdé personne. Non, d’accord, c’est moins grave, mais c’est la même démarche.
Et puis alors, elle ne parle que d’elle, que d’elle !
Moi, j’vois bien, cette après-midi j’ai essayé de lui parler de mes vacances en Espagne. Ca l’intéressait pas ! Evidemment, elle, elle pourra plus faire aucun voyage, alors tu penses, l’Espagne si elle s’en fout !
Ah non, elle pourra plus faire aucun voyage, non. Non, le médecin m’a dit : « Même si elle s’en sort, faudra qu’elle reste près de Paris… »
Ben oui, c’est atroce, c’est bien pour ça que je dis trop rien d’ailleurs, mais… je sens que je vais réduire mes visites, hein. En plus, là, ils l’ont mise dans une chambre avec un type qui s’est fait écraser par un camion. J’sais pas comment il a fait pour s’en sortir ! C’est…gerbant !
Ben, non. Jean-Jacques, il l’a pas…quittée. Comment t’expliquer ? Jean-Jacques, il a toujours été très indépendant, Jean-Jacques… Et puis, bon, faut bien qu’il pense un peu à lui. Imagine qu’elle, elle reste un an à l’hôpital, lui, qu’est-ce qu’il fait ? Il rentre dans les ordres ?
Bon, et puis, dans la vie, y a un jour où… tout se paye.
Parce que, la Julie, ça a pas toujours été une sainte non plus, hein…
Non, non, mais si tu connais pas l’histoire, c’est pas à moi de te la raconter… Mais, crois-moi… tout n’est pas blanc, tout n’est pas noir…
Ceci dit, c’est vrai que c’est atroce ce qui lui arrive. Et même si, y a deux ans, elle a trompé Jean-Jacques avec Vincent, eh ben, ça méritait pas ça.
Ben merde, ça y est, j’te l’ai dit !
Mais va la voir, toi, ça lui fera plaisir.
Par contre, un truc : n’apporte pas de fleur ! Elle les offre aux infirmières !



Persos, je trouve la chute un peu longue, et pas spécialement terrible, mais le personnage magnifique. Il est détestable, et très intéressant... Le gros du texte est hilarant, même si certaine personne en seront choqués...
Revenir en haut Aller en bas
http://yurididion.wordpress.com
 
"L'Hôpital" de Bedos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reportage TSR "Un hôpital psychiatrique à coeur ouvert"
» Sortie à thème : Urbex-"Rhône Alpes"
» [2999] Liste "old school v7" mais en v8.
» colorant "végétal" maison
» flash "CANON 430EX II" , dans quelle condition ?????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Verre :: Dans le théâtre, il y a... :: Les textes :: Monologues-
Sauter vers: