Tout autour de ce qui brille, une multitude d'individus pétillants oeuvrent avec frénésie!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Tirade extraite de "Electre" de Jean Giraudoux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meliha
Professionnel
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 25
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Tirade extraite de "Electre" de Jean Giraudoux   Mer 17 Oct - 17:22

Electre : "C’est justement ce que je ne peux pas supporter d’elle, qu’elle m’ait mis au monde. C’est là ma honte. Il me semble que par elle, je suis entrée dans la vie d’une façon équivoque et que sa maternité n’est qu’une complicité qui nous lie. J’aime tout ce qui, dans ma naissance revient à mon père. J’aime à ses yeux son cerne de futur père, j’aime cette surprise qui le remua le jour où je suis née, à peine perceptible, mais d’où je me sens issue plus que des souffrances et des efforts de ma mère. Je suis née la nuit d’un profond sommeil, de sa maigreur de neuf mois, des consolations qu’il prit avec d’autres femmes pendant que ma mère me portait, du sourire paternel qui suivit ma naissance. Tout ce qui est de cette naissance du côté de ma mère, je le hais."
Revenir en haut Aller en bas
 
Tirade extraite de "Electre" de Jean Giraudoux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Giraudoux, Jean] La guerre de Troie n'aura pas lieu
» [Giraudoux, Jean] Supplément au voyage de Cook
» [Giraudoux, Jean] L'Apollon de Bellac
» [Racine, Jean] Phèdre
» Tous à Matha, de Jean-Claude Denis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Verre :: Dans le théâtre, il y a... :: Les textes :: Monologues-
Sauter vers: