Tout autour de ce qui brille, une multitude d'individus pétillants oeuvrent avec frénésie!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 "Caracalla" de Dumanoir & Clairville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meliha
Professionnel
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 25
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: "Caracalla" de Dumanoir & Clairville    Dim 23 Déc - 12:19

PERSONNAGES :
CARACALLA : Empereur Romain
GÉTA : Son Frère
MACRIN : Préfet du Prétoire
LIVIA : Amante de Géta et Fille de Macrin
UN SOLDAT ROMAIN

Scène première, Un palais.
LIVIA , seule : Hier, Caracalla traversait le Forum,
Et, les yeux à demi cachés sous son péplum
Il m'a, de ses regards, bien longtemps poursuivie.
Ah ! C'est que ma tendresse est son unique envie ;
Et, pour mieux me ravir à mon amant absent,
Il plonge dans les fers un vieillard innocent !
Il poursuit, dans Macrin, le chef de ma famille :
En immolant le père, il ose aimer la fille !
Horreur !...
(Bruit de pas au dehors.)
Qu'entends-je !...
(Allant au fond)
O ciel ! C'est lui, c'est mon Géta
Cet amant que le ciel sur mon chemin jeta !
Geta, qui m'a jetée aux lieux que je végète !...
Courons sur la jetée où mon Geta se jette !

Scène II, Livia, Geta, Un soldat
Le soldat précède Géta et va se placer au fond
GETA , en guerrier, portant un casque démesuré :
C'est vous, chère princesse, enfin je vous revois !
(Montrant le soldat)
Cette vaillante armée, accourue à ma voix,
Triomphe, et des vaincus rapporte les bannières
Vainement ils s'étaient portés sur nos derrières ;
Nous avons triomphé dans toutes leurs cités,
Par un de ces succès de l'Univers cités,
Et nos soldats vainqueurs, même des inhumaines,
En cueillant des lauriers, recueillent des romaines….
(Après avoir fait quelques pas en tournant)
Mais mon frère est absent…Hier, Caracalla
Sur un cheval fougueux, dit-on, caracola.
LIVIA : Eh quoi ! Caracalla, dis-tu, caracola ?
GÉTA : Qui caracolerait, sinon Caracalla ?
LIVIA : Eh ! Quoi ! Pauvre insensé, tu te fais une idole
De ce Caracalla, parce qu'il caracole !
Sais-tu que de mon père il abrège les jours,
Et que je suis l'objet d'impudiques amours !
GÉTA : Toi ?
LIVIA : Oui !
GÉTA : Non !
LIVIA : Si !
GÉTA : Mais…
LIVIA : Quoi ?
Géta : Ciel ?
LIVIA : Hein ?
GÉTA : Dieux !...Lui !...mon…frère
Ah ! S'il est vrai, Livia, des lauriers de la guerre
Je ne veux plus parer ce noble et large front.
Que les dieux n'ont point fait pour un indigne affront
Je ne serai jamais, non, jamais, je m'en vante
De ces maris qu'aucune injure n'épouvante !
(S'animant)
Plutôt percer ton flanc de ce fer assassin,
Et de ton joli sein, le plonger dans mon sein
(Très vite)
Pour sauver ta vertu, lorsque je m'évertue
Abattu, combattu, veux-tu que je te tue ?
LIVIA : Pas encore…Essayons de quelque autre moyen
Moins sur, mais plus adroit.
GÉTA : Essayons, je veux bien
Je vais à l'instant même, au palais de Sévère,
Lui parler d'un ton doux, mais d'une voix sévère
Attends…le trépas seul brisera nos liens.
Je vais, j'attends, je vois, je parle et je reviens
Suivez-moi, mes soldats.
(Il sort à gauche. Le soldat le suit)

Scène III
LIVIA , seule : Je n'ai plus d'espérance !...
Mais qu'entends-je ? Et qui donc en reculant s'avance ?
Grands dieux ! Caracalla, suivi de ses licteurs !
(Ici l'on voit entrer par la droite le même soldat qui va se placer au fond, exactement comme à la seconde scène)

Scène IV, Livia, Caracalla, le soldat
CARACALLA , à Livia, qui s'éloigne : restez, restez, princesse…et des dieux créateurs
Ne me dérobez pas la plus parfaite image.
Souffrez qu'à leur chef-d'œuvre, ici, je rende hommage,
Et qu'à vos deux genoux, le grand Caracalla

Prouve à Livia qu'elle a son âme et sa…
LIVIA : Holà !
CARACALLA : Voilà
LIVIA : Halte-là !...Oui, par la chaste déesse
Qui bannit de nos cœurs toute folle tendresse,
Respectez ce que Rome entière respecta,
La fille Macrin, l'épouse de Géta !
CARACALLA , éclatant : Et pourquoi respecter la fille d'un rebelle ?
(Tendrement)
Je vous respecterais, si vous étiez moins belle.
(Marchant)
Mais je commande, moi, Marcus, Aurélius
Antoninus, Rebus, Quibus, Olibrius,
(Revenant à elle)
Caracalla !... Mon cœur par l'amour se corrode !...
J'étais encore enfant, lorsque régnait Commode.
Il découvrit en moi son émule à venir,
Et tout d'abord, à moi, Commode vint s'ouvrir.
Trouvant à mes projets Commode nécessaire,
De Commode, longtemps, je fus le secrétaire.
C'est lui qui nous apprit, sans que nul répliquât,
Que tout cœur de romaine est tendre et délicat.
Il faut que, sans détour, ici tu te prononces :
Les romaines jamais ne mâchent leurs réponses.
L'es-tu ?...réponds, j'attends.
LIVIA : Si je le suis, grands Dieux !
Rome a vu, dans ses murs, naître tous mes aïeux.
Mais de Macrin captif, la fille, en étrangère,
Dans ce triste palais, t'étage en étage erre,
Si Macrin t'entendais mes parles des Romains,
Il serait comme un crin, ce Macrin, que tu crains !
Tu me parles de Rome !...Oh ! Oui, je suis romaine,
Et je jure haine à Rome !...Oui, je jure à Rome, haine !
Est-ce en accomplissant tes projets inhumains,
Que tu prétends te faire applaudir des Romains !
CARACALLA , arpentant le théâtre et criant : Lorsque tous les romains envahiraient la salle,
Des romains assemblés je brave la cabale !
Longtemps à m'applaudir ils ont usé leurs mains,
Et je ne prétends plus aux bravos des romains !

Scène V, Les mêmes, Géta
(Géta paraît et s'arrête au fond)
LIVIA : De grâce !...écoutez-moi !
CARACALLA : Je ne veux rien entendre,
Et tu m'appartiendras !
GÉTA , le repoussant. Eh bien ! Viens donc la prendre !
( Il la poignarde à plusieurs reprises)
LIVIA : AH !
CARACALLA : Morte !
GÉTA, qui l'a étendue par terre avec soin : Viens la prendre à la tombe !
CARACALLA : A dessein,
D'un poignard assassi n frapper un si beau sein !
(Poignardant Géta)
Infâme !
GÉTA : Ah !
CARACALLA : Meurs aussi !
GÉTA : Juste Ciel ! Je succombe !
(Il tombe la face contre terre, les mains étendues)
CARACALLA , fait un geste d'insouciance et va sortir lorsqu'il se trouve en face de Macrin, et recule avec terreur. Mais quel est ce fantôme ?...Il sort donc de la tombe !...
Macrin ! Lui ! Se peut-il !...

Scène VI, Les mêmes, Macrin
MACRIN : Non, je ne suis pas mort,
Et je sors du tombeau comme un vieillard en sort !
Un pâtre m'a sauvé : le peuple, pour t'abattre,
Avait de mon cachot donné la clef au pâtre.
Je te brave à mon tour, et j'ai pour combattants
Trois cent mille Romains et deux cent mille francs !
(Montrant Livia)
Voila plus de quinze ans qu'en en forçant la porte,
Ma fille, en mon cachot, seule à manger m'apporte.
Eh bien ! Pour la venger, quand je sors du tombeau,
Le ciel dira gloire au bourreau de son bourreau !
(Il frappe Caracalla au dos)
CARACALLA : Ah ! Quel coup je reçois !... le traître ! Par derrière,
Il m'a percé le sein !...Déjà ma voix s'altère…
Je ne puis dire un mot, c'est l'instant de parler.
Mon âme, au noir séjour, prête à dégringoler,
Se rappelle, en tremblant, le nombre de ses crimes !
Je suis environné de toutes mes victimes !
Quel Dieu, pour me punir, vient de les rassembler ?...
(D'une voix brisée. Criant)
Je ne peux plus parler…je ne peux plus parler !
C'est toi, Ninus !...C'est toi, Varon !...C'est toi, tendre Octavie !...
Venez-vous à ce mort redemander la vie ?
Où je vous ai conduits, je vais moi-même aller…
(Il tombe, puis se remet tout à coup sur son séant)
Parlons, parlons encor, parlons toujours sur terre !
Parlons, comme l'on parle au moment de se taire !
Parlons : car ma parole est prête à s'envoler !
(Il tombe, puis se relève et crie.)
Ah ! Je ne parle plus !... Je ne peux plus parler !
Ah !...
(Il meurt)
MACRIN : Le voilà donc mort ! Sans espoir de renaitre !
Qu'un grand homme est petit, quand il a cessé d'être !
Mais, quoi ! Tous ils sont morts, et, dans cet abandon,
Je survivrais à tous, moi, Macrin !... Ma foi, non !
(Il se poignarde et tombe. A peine est-il tombé, que le soldat, resté jusque-là impassible, s'avance, se tue et tombe au milieu d'eux. Le rideau baisse)

Revenir en haut Aller en bas
 
"Caracalla" de Dumanoir & Clairville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» As de l'empereur Caracalla
» Histoire des deniers de Caracalla
» Faux d époque Caracalla
» caracalla bronze 29mm
» Caracalla - Denier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Verre :: Dans le théâtre, il y a... :: Les textes :: Autres-
Sauter vers: